Festival

LE JAPON À L’HONNEUR DU 41e FESTIVAL DU NOUVEAU CINÉMA

Commerce pop et culture de l’avant-garde

Honneur au Japon. Une opération séduction, post Fukushima et autres catastrophes l’entourant loin des clichés médiatiques pour rendre compte d’une culture et d’un pays qui n’ont de cesse de fasciner l’Occident. L’occasion privilégiée pour public et journalistes de faire le point sur une industrie cinématographique ô combien influente pour compter parmi les plus importantes et dynamiques du monde.

À cette occasion, seront présentés 10 films dans le cadre d’une très prestigieuse rétrospective Nikkatsu (100 ans d’histoire pour les plus vieux studios de productions du Japon), présentée par le Festival du nouveau cinéma de Montréal et le Festival international de films Fantasia, en collaboration avec la Cinémathèque québécoise (l’accès aux copies d’archives de la Nikkatsu est rendu possible grâce à la collaboration de la Cinémathèque québécoise).

Après New-York, Paris, Londres et Tokyo, cette rétrospective s’arrête, maintenant à Montréal. L’occasion de découvrir, en copies souvent restaurées, les plus grands classiques du cinéma japonais. Parmi eux : le premier film de fiction du Pays, MOMIJIGARI (une ode à l’automne de 1897), 2 essentielles découvertes mettant en vedette l’Elvis nippon, Yujiro Ishihara, (I HATE BUT LOVE, 1962, et RUSTY KNIFE, 1958), un film rare de Kiyoshi Kurosawa (CHARISMA, 1999), une célèbre comédie musicale (SINGING LOVEBIRDS, 1939), le séminal THE SUN IN THE LAST DAYS OF THE SHOGUNATE (1957, coécrit par Shohei Imamura, vénéré à l’époque par Akira Kurosawa et considéré comme l’un des 5 plus grands films de l’histoire du cinéma du Pays), mais aussi l’un des premiers films sonore de Kenji Mizoguchi (HOMETOWN, 1930) et le chef d’œuvre avant-gardiste du cinéma érotique qu’est SECRET CHRONICLE : SHE-BEAST MARKET (Noboru Tanaka, 1974), présenté en collaboration avec Perle. Et plus encore…

À noter que cette rétrospective s’ouvrira avec la présentation événement du film muet JIRAIYA THE NINJA, étonnant classique, dont seules quelques parties subsistent, réalisé par Shozo Makino, père fondateur du cinéma japonais, alter ego nippon de Georges Méliès. Ce tout premier film japonais d’effets spéciaux sera présenté avec un accompagnement musical en direct par les célèbres tambours japonais de la troupe Arashi Daiko. Immanquable !

Autre événement de taille, une soirée japonaise le vendredi 12 septembre au Quartier général du Festival (Agora Hydro-Québec du Cœur des sciences de l’UQÀM / 175, avenue du Président-Kennedy). À 19 h, pour célébrer la rétrospective Nikkatsu, le Festival du nouveau cinéma, la Japan Foundation et le Consulat général du Japon à Montréal offriront une réception afin de saluer la créativité cinématographique nippo-québécoise. Au menu : saké, tambours et flûte japonaise, ainsi qu’une surprise en forme de clin d’œil québécois bien spécial… l’occasion de plonger dans un monde interculturel qu’on voit trop peu souvent dans le paysage montréalais. Venez nombreux !

Suivra la présentation gratuite immersive et unique sur 3 écrans du très attendu THE CHEMICAL BROTHERS: DON’T THINK (2012), hallucinant concert filmé des Chemical Brothers, les maîtres incontestés de la techno, au réputé Fuji Rock Festival du Japon. Ce film, d’ores et déjà considéré comme l’un des plus grands concerts filmés de l’histoire du cinéma est assurément l’un des évènements incontournables de notre programmation cette année.

Mentionnons enfin la présence de grands films japonais très attendus au sein même de la programmation du festival. Parmi eux le nouveau film de Takeshi Kitano, OUTRAGE BEYOND, le nouveau Sion Sono, THE LAND OF HOPE (grand prix du film asiatique à Toronto) qui adresse de façon frontale la catastrophe de Fukushima, le nouveau Kiyoshi Kurosawa (PENANCE), la première nord-américaine du tout nouveau Koji Wakamatsu, THE MILLENIAL RAPTURE, le documentaire INORI produit par Naomi Kawase, de même que la première canadienne du magnifique WOLF CHILDREN (LES ENFANTS LOUPS), dernier film de la nouvelle icône de l’animation Nippone Mamoru Hosoda, qui sera présenté exceptionnellement en version originale dans la section TEMPS 0 et doublé en français dans la section P’TITS LOUPS.