Festival

Norwegian Ninja de Thomas Cappelen Malling remplacera Hisss de Jennifer Lynch

Le film sera présenté en première canadienne.

Prix du meilleur acteur à Mads Ousdal (Fantastic Fest 2010)

Prix du meilleur réalisateur (Fantastic Fest 2010 )

Vrai : en 1984, le charismatique diplomate norvégien Arne Treholt est arrêté. Soupçonné d’être un espion à la solde des soviets, il est condamné à vingt ans de prison. Depuis sa libération en 1992, Treholt clame son innocence. Son cas n’a jamais été réétudié. Il vit maintenant en exilé à Chypre. Toujours vrai : durant la guerre froide, à travers l’Europe,  l’OTAN et la CIA avaient secrètement mis en place des sections spéciales d’intervention qui, dans l’ombre, servaient de bastions de résistance aux cas où les Russes décidaient d’envahir.

Façon Inglorious Bastards, réécrivons maintenant un peu l’histoire. Et si Treholt n’avait pas été espion mais leader d’une élite secrète de ninjas ne travaillant pour nul autre que le Roi Olav ? Norwegian Ninja retrace, à sa manière, les rocambolesques aventures qui ont mené à l’arrestation  de Treholt. Ici, le groupe de ninjas lève le voile sur un diabolique complot orchestré par les forces secrètes de l’OTAN. Dès lors, au nom d’une Norvège fière et libre, ils n’ont d’autre choix que de s’attaquer aux conspirateurs. Ode aux films de ninjas des années 80, aux films de James Bond, et à tout ce qui touche aux théories de conspirations, il est le radical premier film d’un très prometteur nouveau talent nordique. Sur Internet, les fans se font dors et déjà entendre. Se pourrait-il, en effet, que cette comédie d’action norvégienne soit belle et bien le meilleur « thriller politique d’espionnage ninja, basé sur une histoire vraie » de tous les temps ? À vous de juger. Julien Fonfrède

Vous voyez, vous ne perdrez pas au change… et encore nos plus sincères excuses pour Hisss qui ne sera présenté au Festival car le film a connu des problèmes de copies.