Infolettre
 

Connexion MonFNC

 
 
facebook

 



 
Pas encore membre ? Inscrivez-vous !
 

Inscrivez-vous !

 
 
Entrez vos informations :
 






 
 

Réinitialisation

 
 
Réinitialiser votre mot de passe.
 

 
 
 

why don't you play in hell? ( jigoku de naze warui )

Sion Sono | 2013 | V.O. japonaise | S.T. anglais | Japon | 126min | couleur

Synopsis :

“…a wild, perverse, and bloody tale guaranteed to leave the audience slack-jawed in shock.” — Toronto Film Festival

“...rousing, freewheeling, scattershot and ultimately astonishingly bloodthirsty film is a classic cult title that will keep midnight movie fans entertained and amused...” — Screen Daily

Prenez une ancienne enfant star et une célèbre pub de dentifrice ( ! ?). Vous les balancez dans une lutte fratricide particulièrement vénale entre yakusas. Ajoutez, maintenant, une équipe de tournage style guérilla foutraque, les « Fuck Bombers », accros aux films snuff. Joignez-y, enfin, un imitateur de Bruce Lee, beaucoup (mais alors beaucoup !) de sang et des têtes tranchées. Finissez par un french kiss performé la bouche pleine de verre brisé. Résultat : une vision grand guignol du monde, façon film de guerre sur le cinéma.

Attention ! Le Sion Sono (Suicide Club, Strange Circus, Guilty of Romance, etc.) nouveau débarque ! Depuis plusieurs années, devenu l’enfant chéri autant des fans que des critiques du monde entier, le cinéaste signe ici (sur un scénario écrit il y a dix sept ans) une comédie bordélique punk et grindhouse, pensée pour être un pur plaisir de spectateur. Il a récemment été présenté aux prestigieux festivals de Venise et de Toronto (Prix du public, Midnight Madness). Naïvement, certains spectateurs pensaient avoir tout vu. Ils ont été surpris. Un superbe exemple de cinéma libre et rebelle. Diabolique à souhait, il se regarde aussi comme une performance extrême sur l’art de raconter des histoires. — Julien Fonfrède