Infolettre
 

Connexion MonFNC

 
 
facebook

 



 
Pas encore membre ? Inscrivez-vous !
 

Inscrivez-vous !

 
 
Entrez vos informations :
 






 
 

Réinitialisation

 
 
Réinitialiser votre mot de passe.
 

 
 
 

gfp bunny ( tariumu shôjo no dokusatsu nikki )

Yutaka Tsuchiya | 2012 | V.O. japonaise | S.T. anglais | Japon | 82min | couleur

Synopsis :

EN PRÉSENCE DU RÉALISATEUR YUTAKA TSUCHIYA

PREMIÈRE NORD-AMÉRICAINE

« An intriguing made film, deliberately provocative and full of striking images and challenging concepts. » — Screendaily

Réinterprétation d’un fait divers qui, en 2005, défraya la chronique au Japon. Le cas d’une jeune fille de 16 ans qui tenta d’assassiner sa mère en l’empoisonnant au thallium. Entre les mains du jeune et talentueux cinéaste Yutaka Tsuchiya (Peep TV Show), jeune star du nouveau cinéma japonais, le drame devient politique, brulôt vitriolé quant au mal de vivre de la jeunesse d’aujourd’hui.

Comme un journal intime sous acide transformé en voyage initiatique, GFP Bunny (lapin fluo translucide créé en laboratoire) est LE film générationnel par excellence. Une création radicale derrière laquelle beaucoup de jeunes Japonais se sont récemment rassemblés pour parler de changement. Il provoque et dérange. Il questionne, observe et expérimente. Il dialogue surtout avec cette jeune criminelle, la « Thallium Girl » comme on l’appelait, qui filme l’empoisonnement de sa mère et poste ses images sur YouTube. Au final GFP Bunny est une puissante mise en abîme de ce désir de liberté absolue qui s’étouffe en nous. Et si, maintenant, la manipulation génétique était l’issue de secours ? Et si, en un acte transgressif de résistance au monde, nous changions tous notre ADN. Étant donné qu’aujourd’hui la science le permet… — Julien Fonfrède