Infolettre
 

Connexion MonFNC

 
 
facebook

 



 
Pas encore membre ? Inscrivez-vous !
 

Inscrivez-vous !

 
 
Entrez vos informations :
 






 
 

Réinitialisation

 
 
Réinitialiser votre mot de passe.
 

 
 
 

in bloom ( grzeli nateli dgeebi )

Nana Ekvtimishvili, Simon Gross | 2013 | V.O. géorgienne | S.T. français | Géorgie, Allemagne, France | 102min | couleur

Synopsis :

In Bloom suit le parcours de deux adolescentes, Eka et Natia, dans le décor délabré de Tbilissi au lendemain de la chute de l’Union soviétique. Pas facile de croquer la vie à pleines dents quand on a 14 ans et que la misère, l’insécurité ou encore la violence sociale s’emparent de l’univers qui vous entoure et se banalisent. Lika Babluani, dans le rôle d’Eka, et Mariam Bokeria, dans celui de Natia, se livrent, face à la caméra, à un jeu d’interprétation d’une justesse et d’une sobriété troublantes de réalisme. Point d’ancrage du film, les deux héroïnes tiennent perpétuellement en haleine le spectateur, lui ôtant toute emprise sur la suite des événements. Ce premier long métrage des réalisateurs Simon Gross et Nana Ekvtimishvili, tout en subtilité, remet en question la condition féminine face à la toute-puissance de l’homme, tant physique que morale. À cela s’ajoute la sublime photographie du roumain Oleg Mutu (Au-delà des collines, La brume, My Joy), qui nous laisse sans mots face à ce plan-séquence dans lequel Eka interprète un solo de danse traditionnelle d’une grâce et d’une autorité absolue. In bloom ouvre une porte sur le cinéma géorgien qui, on l’espère, ne se refermera pas de sitôt.

— Sophie D’Ambroso